Un paradoxe ? Les indépendants ne sont pas des entreprises. Rien ne les empêche néanmoins de s'affilier à la prévoyance professionnelle !

coopera logocoopera logocoopera logo

Comme son nom l’indique, le 2e pilier, ou LPP, correspond à la prévoyance professionnelle (loi fédérale sur la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité), même si cette partie de la prévoyance vieillesse a en premier lieu pour fonction d’assurer la prévoyance vieillesse professionnelle. Même si les personnes assurées sont de préférence des femmes et des hommes liés par un contrat de travail, CoOpera Fondation collective PUK a aussi assuré dès le début des indépendants. Un jugement du Tribunal fédéral a toutefois établi que les indépendants ne pouvaient être assurés qu'en tant que membres de leur association professionnelle.
C'est pour répondre à cette exigence que l'association Solid'Art (auparavant AAI) a été créée en 1988. L'association préserve les intérêts de ses membres (par la suite, l'art.2 des statuts, « But de l'association », est cité) par :

1. le regroupement d’entrepreneurs, d’indépendants, d’acteurs de la scène culturelle, de thérapeutes et de prestataires des domaines culturel et social.
2. la préservation et promotion de la réputation de ses membres
3. la défense des intérêts professionnels et économiques de ses membres
4. l’organisation de formations continues pour ses membres
5. la mise sur pied d’une caisse de pension couvrant les risques liés à l’âge, à l’invalidité et au décès au sens de l’art. 44 LPP
6. l’encouragement d’un esprit collégial entre ses membres.

L’association est neutre d’un point de vue politique et religieux.
Depuis le 1er janvier 2005, les cotisations et apports issus d'une activité indépendante doivent servir en permanence à alimenter la prévoyance vieillesse. Les montants prélevés pour financer la propriété d'un logement (EPL) restent réservés. Une activité accessoire peut aussi être assurée à titre facultatif.